mardi 12 janvier 2016

David Bowie, life on Mars


Je devais avoir 13 ou 14 ans lorsque je suis tombé pour la première fois sur un morceau de David Bowie, The Jean Genie, dans une cave qui servait pour les boums. Ce fut plus qu’une révélation, un véritable choc. La voix, le son de la guitare, les paroles, tout indiquait un nouveau monde pour moi qui rasait toute les musiques entendues jusque là. C’était comme un film de S.F, une autre planète où tout semblait gronder comme un avertissement. Bowie réinventait le rock mais ce n’était qu’un début ! Le lendemain je commençai à économiser mon argent de poche et filai quelques temps plus tard chez un disquaire pour acquérir l’album  Aladdin sane. De retour chez moi je provoquai la stupeur en arborant la pochette blanche sur laquelle l’artiste maquillé et à moitié nu était bardé d’un éclair lui zébrant le visage : « C’est quoi cette pochette !» « Et bien c’est Bowie… ». Je mis le disque sur la platine et les morceaux s’enchaînèrent à rendre fous les voisins : Watch that man, Panic in Detroit, Drive in Saturday, le gigantesque Time et la reprise de Let’s spend the night together des Stones. A l’écoute de Aladdin sane, la maisonnée n’en put plus. Certains dirent que ce disque était celui d’un dément, que ce n’était pas de la musique mais une véritable aliénation pour cerveau malade. Je jubilais. Tout était bon dans cet album que j’écoutai en boucle, admiratif du mélange de pop et de free-jazz où piano, cuivres, synthés et guitares se mixaient génialement.

Ce disque provoqua la rupture nette et définitive avec une partie de ma famille et de mes amis qui me mirent au ban de leur société. Jamais rien ne serait plus comme avant. Dans cet autre monde qui ne faisait plus de place à l’ancien, je montais mes premiers courts-métrages sur The prettiest star, The Lady grinning soul ou Sorrow et écrivais même des scénarios entiers à partir de morceaux de Bowie. Pour dire à quel point l’artiste a eu une influence sur mon travail et même sur ma vie puis qu’il suffisait que je trouve un album de Bowie chez une fille pour savoir que j’avais trouvé ma moitié. Toutes ces décennies passées avec ces merveilleux albums, cette voix unique, ce personnage à la fois hors du temps et inspiré, ont éclairé d’une flamme bienveillante mon âme comme stoppée aujourd’hui dans son élan par la nouvelle de sa disparition aussi soudaine que choquante, tant l’artiste nous avait habitué à une sorte d’immortalité. Je reviens ce soir à mon stade d’humain, un peu hagard, pour me rappeler que tout a une fin. A moins que peut-être la vie existe sur Mars ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire